1 - Histoire en marge de l'histoire

MAMETZ, petit village au cur de l'ARTOIS, à l'extrémité des collines du boulonnais, presque équidistant d'Arras, Lille, Calais, Boulogne. Comment écrire l'histoire d'un village sans Histoire, comment essayer de faire de lui autre chose qu'un point sur la carte ou un nom sur un annuaire ? ...C'est pourtant ce que je vais entreprendre en y mettant tout l'amour que je porte à ce coin de terre et tout ce qu'il a été possible de glaner au long d'une existence passée à son service et à celui de ses habitants.

La toponymie, c'est-à-dire l'étude des noms de lieux, est une science qui se doit d'être aussi exacte que possible. Pourtant, il est de ces noms qu'il suffit de prononcer pour faire naître une image et l'historique ne fait pas toujours bon ménage avec la linguistique. Si l'évocation d'un village ou d'un lieu-dit rappelle souvent une particularité géographique ou le processus de formation de l'agglomération, ailleurs, le mot claque comme un étendard sur un champ de bataille, il dessine le profil d'un monument ou d'un personnage, il évoque une famille qui lui doit, ou à qui il doit, son appellation, mais bien souvent, cela ne pose qu'un énorme point d'interrogation.

Notre Village de MAMETZ, avec ses deux satellites que sont MARTHES et CRECQUES, ne peut, à première vue, s'enorgueillir d'aucune particularité de cette sorte. Aussi, essayer de dresser l'origine des noms et l'historique de notre coin de terre n'est pas une mince affaire car, si les sources dont nous disposons font la part belle à nos deux prestigieuses voisines que sont AIRE et THEROUANNE, nous sommes, quant à nous, les oubliés de l'Histoire. Aussi, notre position en “ sandwich ” nous amènera souvent à faire référence à l'historique, fort riche, de ces deux cités.

Nous allons pourtant essayer de remonter le temps afin de retrouver la trame de tout ce qui a fini par faire de notre Commune, ce qu'elle est aujourd'hui. M'appuyant sur les travaux d'historiens chevronnés, sur les patientes recherches de certains (vous trouverez toutes les références dans le cours de cet article), me référant aux archives communales, tout en laissant la place aux traditions et aux dires des Anciens, je vais m'évertuer à tenir en laisse cette “ folle du logis ” qu'est l'imagination, qui risquerait de m'entraver sur des chemins trop familiers, à la poursuite de fantômes, certes séduisants, mais aux origines problématiques.